SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée
Entre Mer et Marais

logo du site
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>
  • <center>SAINTE RADEGONDE DES NOYERS - Vendée</center>

Accueil du site > Tourisme > Patrimoine

Patrimoine

L’église :

Dédiée à Sainte Radegonde, l’église est établie sur l’emplacement d’un ancien prieuré bénédictin fondé vers 682 par des moines de l’île de Noirmoutier qui, fuyant les Normands, se replient d’abord à St Michel en L’herm, puis à Moreilles et, enfin à Ste Radegonde-des-Marais (« in maritimus »).

En 1124 le bâtiment n’est encore qu’une grange. En 1357, le marais alentour a été drainé, conches, étiers et canaux ont été creusés, assainissant le sol et le rendant propice à la culture. L’église a concentré une paroisse. Son curé, Geoffroy remuant personnage, fait partie d’une bande de pilleurs d’abbayes menée par Amaury de Craon.

Durant les guerres de religions, vers 1658, l’église est pillée par les huguenots sous le commandement de Hugues de Viallatte, seigneur de Champagné.

L’usure du temps entraîne quelques travaux de restaurations :1806, 1817, 1874. En 1806, un évènement marque un tournant dans la vie de la paroisse. A cette époque, la commune de Puyravault est réunie à celle de Sainte Radegonde pour le culte. La population est trop importante pour être reçue dans le petit édifice. Cette situation est supportée jusqu’en 1863, date à laquelle le presbytère est construit.

Architecture intérieure : L’église semble dater, en partie, du XIIè siècle. Différentes restaurations, comme celle du XVIIè siècle vont ensuite modifier son aménagement. Le mur sud est repris après 1806. En 1898, l’architecte Léon Ballereau restaure le clocher.

Architecture extérieure : Le premier regard porté sur l’ensemble architectural est retenu par la successions de toits qui recouvrent l’édifice en décrochage : la sacristie, le choeur, la nef et le clocher. La base du clocher est d’époque gothique. Celui-ci n’est guère élevé pour que le bourg reste ignoré de l’ennemi. Ses abat-son sont contenus sous une couverture peu pentue.

Mobilier et iconographie : Le programme iconographique remarquable relatant la vie de Sainte Radegonde, est représenté par un ensemble de 7 vitraux réalisés entre 1939 et 1945. Ils mettent en lumière les effets marquant de sa vie enrichie d’allusions légendaires et de faits historiques. Vous pouvez admirer ces vitraux éclairés tous les soirs. Une statue présente Sainte Radegonde dans la nef. Cette statue en bois naturel, datée de la fin du XVIIè siècle, est classée à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1976. A ses pieds on trouve un blason, aujourd’hui armoiries du village : « d’or au chevron de gueules soutenu d’une corneille éployée de sable ». Eglise

Les venelles :

Les venelles bordées de hauts murs de pierres sèches, de largeur ne permettant que le passage d’une brouette témoignent de l’aménagement « urbain » caractéristique des villages du marais aux XVIIè et XVIIIè siècles et de cette forme particulière de clôtures des propriétés à l’aide des pierres sèches soigneusement posées les unes sur les autres sans aucun lien.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF